La procédure d'attribution des fréquences 5G est bouclée

Suite à la consultation publique lancée par l’Arcep le lundi 15 juillet qui a pris fin le 4 septembre, la France a lancé officiellement sa procédure d’attribution aux opérateurs télécoms des futures fréquences 5G. Les premières fréquences ont été attribuées aux quatre opérateurs télécoms français pour un montant de 2,8 milliards d'euros. Pour l’occasion, le secrétaire d’Etat en charge du numérique, Cédric O et Sébastien Soriano, président de l’Arcep, ont profité d’une visite des laboratoires d’Ericsson pour annonce la bonne nouvelle.

Les Fréquences 5G sont attribuées

Dans le détail, lors de l’enchère qui s'est déroulée du mardi 29 septembre 2020 au jeudi 1er octobre 2020il a fallu 17 tours aux opérateurs ¬pour se partager les 110 mégahertz (MHz) dans une bande de fréquences comprises entre 3,4 et 3,8 gigahertz (GHz) répartis en 11 lots. En trois jours d'enchères, le prix des blocs de fréquences étaient mis à prix à 70 millions d'euros ont grimpé jusqu'à 126 millions d'euros par bloc. Une bonne nouvelle pour l'État qui va encaisser 2,8 milliards d'euros, même si le paiement est échelonné.

ELa montée en puissance serait progressive pour que, à la fin 2025, chaque opérateur ait équipé 12 000 sites en 5G, soit une couverture des deux tiers, environ, de la population. Pour les zones restantes, les opérateurs auront l’obligation de proposer un service « type 5G », d’un débit minimum de 240 mégabits par seconde. L’ensemble du territoire sera couvert, soit en 5G, soit en « type 5G », à la fin 2030.

Pour revenir sur le coût d’acquisition des fréquences 5G, les quatre opérateurs débourseront respectivement :

  • Orange : 854 millions d'euros pour 90 MHz
  • SFR : 728 millions d'euros pour 80 MHz
  • Bouygues Telecom : 602 millions pour 70 MHz
  • Free : 602 millions pour 70 MHz